Accueil Non classé L’emballement climatique, c’est de l’urgence extrême ! Il n’y pas pas de temps à perdre, il faut agir !

L’emballement climatique, c’est de l’urgence extrême ! Il n’y pas pas de temps à perdre, il faut agir !

0
0
120

Dans un rapport de 400 pages, les scientifiques décrivent la menace d’emballement qu-delà d’1,5 °C de réchauffement avec comme conséquences directes les canicules, les extinctions d’espèces, la déstabilisation des calottes polaires avec à la clé la montée des océans, le déplacement des populations côtières….Si le mercure continue de grimper au rythme actuel sous l’effet des émissions de gaz à effet de serre, ce seuil de 1,5°C devrait être atteint rapidement dans à peine 12 ans. Si les Etats s’en tiennent à leurs engagements contenus dans l’accord de Paris de 2015, ce sera +3 à 5°C avant la fin du siècle!
A partir d’une augmentation de 2° C, des changements profonds auront lieu et ils seront irréversibles, la planète ne sera plus la même, elle sera le théâtre de déplacement des populations, des nouveaux réfugiés climatiques, de famines, d’épidémies, de vagues de chaleur meurtrières, des conflits généralisés, la fin de la croissance, la mort des océans….
Pour empêcher ces catastrophes, il n’y a pas de temps à perdre: les émissions de CO2 doivent chuter bien avant 2030 et le monde atteindre une neutralité carbone autrement dit il faut cesser de rejeter dans l’atmosphère plus de CO2 qu’on ne peut en retirer.
Tous les secteurs et les acteurs publics ( Villes, industries, énergie, bâtiment…) sont appelés à de profondes réductions d’émissions et à une transition sans précédents. Les conditions pour tenir l’objectif d’1,5C° sont réunies car pour les scientifiques les lois de la physique et de la chimie le permettent, ainsi que les technologies, le changement des modes de vie et les investissements. Il ne manque plus qu’aux décideurs politiques la volonté et la détermination d’y parvenir!!!!
Par contre et malheureusement la politique de notre gouvernement n’est pas à la hauteur des enjeux; c’est une politique qui n’est pas volontariste, c’est une politique des petits pas qui n’arrivera pas à inverser et à endiguer la tragédie climatique!

Réchauffement climatique
Pour les écologistes du Trèfle , voici les 5 grandes mesures à prendre pour lutter efficacement contre le réchauffement climatique:
- limiter les émissions de CO2 liées à la sur-utilisation de la voiture en décourageant l’usage de la voiture et en créant un report modal : l’idée est de combiner les mesures destinées à décourager au maximum le transport individuel en voiture et d’offrir des alternatives : vélo, covoiturage, télétravail, transports en commun
- L’autre mesure, complémentaire, c’est d’encourager des véhicules plus propres, notamment de plus petits véhicules, plus légers, qui consomment moins de carburant (jusqu’à 2L/100). Des systèmes de bonus-malus écologiques sont relativement efficaces. mais ils pourraient être renforcés pour encourager producteurs et consommateurs à se tourner vers ce type de véhicules.
- Mettre en place un grand plan de rénovation des bâtiments et d’efficacité énergétique:
En France, la seconde source d’émissions de CO2 (juste après les transports) c’est la consommation énergétique des bâtiments. L’électricité, le gaz et le fioul que l’on utilise pour se chauffer ou alimenter ses appareils ménagers représentent environ un quart des émissions de CO2 du pays. Sauf qu’une grande partie de cette énergie est gaspillée car nos logements sont mal isolés ou mal conçus.
- La transition vers des énergies décarbonées:
Pour limiter les émissions de gaz à effet de serre, il est aussi nécessaire d’être capable de produire de l’électricité à partir de sources moins polluantes : les énergies décarbonées. En effet, aujourd’hui dans le monde la majeure partie de l’électricité est produite à partir de charbon, très émetteur de CO2. Pourtant, il existe plusieurs sources d’énergies qui émettent peu de CO2 : les énergies éoliennes, solaires ou l’hydraulique, ou encore le nucléaire.
- Encourager une agriculture plus écologique et plus végétale:
Les mesures possibles pour répondre à ces défis sont multiples mais aussi très globales. Les experts internationaux assurent qu’il y a une nécessité de transformer nos pratiques agricoles : sortir de l’agriculture ultra-intensive et de la monoculture pour passer à des modes de production plus extensifs, plus respectueux de l’écosystème (polyculture en rotation, élevage extensif), utiliser moins de pesticides et d’intrants.
Il faudrait aussi limiter la production de produits carnés, notamment le boeuf et l’agneau pour se tourner vers des sources de protéines moins polluantes : volailles, légumineuses, protéines végétales. Toutes ces réformes impliquent que les gouvernement doivent soutenir ce type d’initiatives par des incitatifs fiscaux par exemple : taxer ou réguler l’usage des pesticides, offrir des facilités financières aux exploitations dotées d’une certification écologique, encourager les petites exploitations agricoles et les productions écologiques.
Autre piste fondamentale : limiter le gaspillage alimentaire. En effet, dans le monde, près de 40% de la nourriture que l’on produit finit à la poubelle. Et ce sont les consommateurs les premiers responsables ! C’est ce qui incite certains experts à proposer de taxer les ordures ménagères afin d’encourager les citoyens à faire plus attention.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par lesecologistesdutrefle
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Comment peut-on vouloir éradiquer le loup alors que notre biodiversité est en danger ???

La biodiversité est un concept global qui permet de poser un nouveau regard sur ce que l&r…